Les Chaykh soufis sont des savants saints


Le connaisseur de Allah, Sarriyy As-Saqatiyy
que Allah l'agrée

Il s'agit de l'illustre imam, le souverain à la forte ardeur, connu sous le surnom du médecin de la nourriture et de la purification des cœurs, Abou l Haçan Sarriyy fils de al Moughallas As Saqatiyy, l'oncle maternel de Al Jounayd et son enseignant. Il est l'élève de Ma^rouf al Karkhiyy. Il était l'unique de son époque dans la crainte, dans l'attachement à la Sounnah et les sciences du Tawhid.
Al ^Abbas fils de Masrouq a dit: «Il m'est parvenu que As-Sarriyy faisait le commerce dans le marché et il était parmi les compagnons de Ma^rouf al Karkhiyy. Ma^rouf est un jour venu avec un enfant orphelin et lui a alors dit: «Habille cet orphelin». As Sarriyy a ditje lui ai alors donné de quoi le vêtir. Ma^rouf se réjouissa et déclara: «Que Allah te fasse détester le bas monde et te délivre de la sotuation dans laquelle tu te trouves». Je me suis alors levé, quitté mon magasin, et à ce moment-là, il n'y avait pas une chose pour moi de plus détestable que le bas monde. Tout ce que j'ai aujourd'hui provient des bénédictions de Ma^rouf.
Al-Jounayd disait je n'ai pas vu quelqu'un qui a pu s'attacher aux adorations que As Sarriyy, il est demeuré quatre-vingt-dix huit ans sans qu'on ne l'ait vu allongé, si ce n'est dans sa maladie de mort.
En outre, il a été rapporté qu'il a dit: «Certes je regarde mon nez plusieurs fois par jour de crainte qu'il ne devienne noir et de crainte que Allah noircisse mon aspect en raison de ce que je commets».
Al-Jounayd a dit j'ai entendu As-Sarriyy dire: «Je connais un raccourci pour arriver au paradis», je lui ai dit quel est-il donc? il a répondu:«Ne demande rien à personne, ne prends rien de personne et ne garde rien avec toi que tu puisses donner à quelqu'un».
Al Jounayd a dit: «Je suis rentré chez As-Sarriyy As-Saqatiyy alors qu'il pleurait, je lui ai dit «qu'est-ce qui te fait pleurer?» il a dit«Hier soir ma petite fille est venue et m'a dit père cette nuit est chaude et cette gourde je l'accroche ici» puis je me suis assoupi, j'ai vu, une jeune femme des plus belles qui est descendue du ciel je lui ai dit «pour qui es tu?» elle répondit: «Pour celui qui ne boit pas l'eau fraîche dans les gourdes» puis elle l'a piétinée et elle l'a cassée. Al Jounayd a dit j'ai vu le reste de la gourde au sol, il ne l'a pas prise jusqu'à ce qu'ils soient couverts de terre. Fin de ce qu'a rapporté de lui Al Qouchayriyy.
^Aliyy Ibnou l Houçayn Ibnou Harb a dit: Mon père m'a envoyé à As-Sarriyy avec un peu de médicaments pour la toux (car il en était souffrant) et il m'a dit: quel est son prix? Je lui ai répondu:«Il ne me n'en a pas du tout informé» et il m'a dit passe lui alors le salam et dis lui nous enseignons aux gens depuis cinquante ans de ne pas consommer par leur religion et tu veux que nous aujourd'hui on commence à consommer les biens en payant de notre religion?!
Il a également dit: «Si ces âmes craignaient pour leurs corps tout comme elles craignent pour leurs enfants alors elles seraient heureuses le jour de leur résurrection».
Il a dit:«L'affaibli est celui qui termine ses jours avec l'espoir, en remettant à plus tard le bien qu'il peut faire».
Il a dit «Méfie-toi d'un éloge diffusé au grand jour et d'un défaut qui est voilé».
Il a dit «Se fier à Allah, c'est abandonner la préservation et l'aide d'autre que Alla
Il a dit «Quatre atouts élèvent l'esclave: la science, le bon comportement, la chasteté et l'honnêteté».
Il a dit: «Purifier l'acte des calamités comme l'insincérité, est plus difficile que l'acte lui-même»
Il a dit: «Celui qui espère remettre à plus tard le bien qu'il peut faire, il aura beaucoup de regrets au jour du jugement»
Abou Bakr Al-^Atchi a dit à As-Sarriyy As Saqatiyy: «Qu'est-ce que les gens affamés ont recherché par la faim?» il a répondu: «Qu'est-ce que les gens repus ont recherché par le rassasiement? La faim leur a laissé en héritage des sagesses et le rassasiement leur a laissé en héritage le tourment».
Il a dit: «Celui qui ne connaît pas le degré des bienfaits, ces bienfaits lui seront retirés d'une voie qui lui est inconnue et celui qui supporte les épreuves en aura les récompenses»
Il a dit également:««Adresse-toi à Allah dans tes besoins, par Lui tu te dispenseras des autres»
Il a dit: «les meilleures choses sont au nombre de cinq : pleurer pour ses péchés, corriger ses défauts, obéir à Celui Qui sait toute chose, enlever le mal des cœurs et ne pas suivre tes passions»,
As-Sarriyy a dit:«Je souhaiterai mourir ailleurs qu'à Bagdad», il lui a été dit:«pourquoi donc?» il répondit: «je crains que ma tombe ne m'accepte pas et que je sois ainsi dévoilé au grand jour».