La commémoration du Mawlid
une bonne innovation


la preuve de la Sounnah pure sur la bonne innovation

C'est la parole du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam:

" مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا وَأَجْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا بَعْدَهُ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أُجُورِهِمْ شَىْءٌ، وَمَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً سَيِّئَةً كَانَ عَلَيْهِ وِزْرُهَا وَوِزْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا مِنْ بَعْدِهِ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أَوْزَارِهِمْ شَىْءٌ"

(man sanna fi l-islami sounnatan haçanatan fa lahou 'ajrouha wa 'ajrou man ^amila biha ba^dahou min ghayri 'an yanqousa min 'oujourihim chay'oun, wa man sanna fi l-'islami sounnatan sayyi'atan kana ^alayhi wizrouha wa wizrou man ^amila biha min ba^dihi min ghayri 'an yanqousa min 'awzarihim chay')

Hadith rapporté par Mouslim dans son Sahih d'après le compagnon Jarir 'Ibnou ^Abdi l-Lah Al-Bajaliyy que Allah l'agrée, ce qui signifie: «Celui qui instaure dans l'Islam une bonne tradition (sounnah), il en aura la récompense et aura une récompense chaque fois que quelqu'un la refait après lui sans que rien ne soit diminué de leurs récompenses. Celui qui instaure dans l'Islam une mauvaise tradition, il se chargera de son péché et il sera chargé d'un péché chaque fois que quelqu'un la refait après lui sans que rien ne soit diminué de leurs péchés".
Ainsi, à partir de ce Hadith, nous apprenons que c'est le Messager lui-même qui a enseigné à sa communauté que l'innovation est de deux sortes: une innovation d'égarement qui est la nouveauté qui contredit le Qour'an et la Sounnah, et une innovation de bonne guidée qui est la nouveauté qui est conforme au Qour'an et à la Sounnah.
Si l'on dit que cela veut dire qu'il s'agit de celui qui a instauré la nouveauté durant la vie du Messager, la réponse est que «la restriction, Al-khousousiyyah, n'est confirmée qu'avec une preuve». Donc cela est une réponse à donner à ceux qui prétendent que l'instauration de la bonne innovation est valable uniquement durant la vie du Messager et pas après sa mort. Or ici la preuve indique le contraire de ce qu'ils prétendent, parce que le Messager salla l-Lahou ^alayhi wa sallam n'a pas dit «celui qui instaure durant ma vie» mais il a dit ce qui signifie «celui qui instaure dans l'Islam».
Il n'a pas dit non plus «celui qui fait quelque chose que moi j'ai faite et qu'il a revivifiée». Par ailleurs l'Islam n'était pas limité à l'époque dans laquelle à vécu le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. Ils n'ont donc plus aucun argument en leur faveur.
S'ils prétendent par la suite que ce Hadith a été dit à une occasion particulière qui est que des gens extrêmement pauvres, qui portaient des vêtements indiquant leur extrême pauvreté, et que lorsque le Prophète les a vus, son visage aurait changé tant il était sensible à leur état et que suite à cela le Messager salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a incité à ce qu'on leur fasse des aumônes et que beaucoup de biens ont été collectés pour eux et qu'après cela que le Prophète a dit:

"مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا وَأَجْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا"

(man sanna fi l-islami sounnatan haçanatan fa lahou 'ajrouha wa 'ajrou man ^amila biha)

la réponse à ces gens-là, est de leur dire que ce qui est à prendre en compte c'est la généralité et la globalité du terme du Hadith et non la restriction de la cause et de l'occasion pour laquelle ce Hadith a été énoncé, tout comme les savants spécialistes des fondements, l'ont décrété.