La croyance
des prédécesseurs - as-Salaf
et des successeurs - al-Khalaf


Allah, Createur du bien et du mal

Celui qui attribue à Allah ta^ala la création du bien et pas la création du mal, il aura attribué à Allah ta^ala l'incapacité et s'il en était ainsi, il y aurait pour ce monde deux créateurs, un créateur du bien et un créateur du mal et ceci est de la mécréance et du chirk.
Cet avis stupide conduit, d'autre part, à considérer que Allah ta^ala est vaincu dans Sa souveraineté car, selon sa croyance, Allah ta^ala aurait voulu le bien seulement. Le mal qui s'est produit aurait donc eu lieu de Son ennemi 'iblis et de ses aides mécréants malgré Sa volonté.
Celui qui croit cet avis devient mécréant pour avoir contredit Sa parole ta^ala:

﴿وَاللهُ غَالِبٌ عَلَى أَمْرِهِ﴾ 1

(wa l-Lahou ghaliboun ^ala 'amrih)

ce qui signifie: «Et la volonté de Allah se réalise immanquablement», c'est-à-dire que personne n'empêche Sa volonté de se réaliser.
Le jugement de celui qui attribue à Allah ta^ala le bien et à l'esclave de Allah le mal, par respect2 , c'est qu'il n'encourt aucun danger. Mais, s'il croit que Allah est le créateur du bien mais pas du mal, son jugement c'est de le déclarer mécréant.
---------------------
1-[sourat Youçouf / 21]
2 Comme de dire, par exemple : « al-khayrou mina l-Lah wa ch-charrou layça ilayh », c'est-à-dire que l'on ne recherche pas l'agrément de Allah par le mal et on recherche l'agrément de Allah par le bien.


Allah n'est pas injuste

Sachez également, que Allah vous fasse miséricorde, que si Allah ta^ala châtie le désobéissant, c'est par Sa justice, sans injustice. Et s'Il récompense l'obéissant, c'est par Sa grâce, sans que cela soit un devoir pour Lui, car l'injustice ne peut provenir que de celui à qui on ordonne et interdit. Or, Allah n'a ni qui Lui ordonne ni qui Lui interdit. Il agit dans ce qui Lui appartient selon ce qu'Il le veut car Il est le Créateur des choses et c'est à Lui qu'elles appartiennent. Il nous est parvenu dans le hadith sahih qu'a rapporté l'Imam Ahmad dans son Mousnad, l'Imam Abou Dawoud dans ses Sounan et Ibnou Hibban de Ibnou d-Daylamiyy, ce dernier a dit: « Je suis venu voir 'Oubayy Ibnou Ka^b et je lui ai dit : « Ô Abou l-Moundhir, quelque chose est venue à mon esprit concernant la destinée, peux-tu m'en parler, peut-être Allah me fera tirer profit de ce que tu me diras ? ». Il a dit: «Certes, si Allah châtiait les gens de Sa terre et de Ses cieux, Il les châtierait et ce ne sera pas injuste de Sa part envers eux. Et s'Il leur faisait miséricorde, Sa miséricorde leur serait plus bénéfique que leurs actes. Et si tu dépenses autant que la montagne de 'Ouhoud en or dans une voie agréée par Allah (fi sabili l-Lah), Allah ne l'acceptera pas de toi tant que tu n'as pas cru en la destinée et que tu n'as pas su que ce qui t'a atteint n'était pas pour te manquer et que ce qui t'a manqué n'était pas pour t'atteindre. Si tu meurs sur une autre croyance que celle-là, tu entreras en enfer».
Il a dit: «Ensuite, j'ai été voir ^Abdou l-Lah Ibnou Mas^oud qui m'a dit la même chose, puis j'ai été voir Houdhayfah Ibnou l-Yaman qui m'a dit semblable à cela, puis j'ai été voir Zayd Ibnou Thabit et il m'a rapporté semblable à cela du Prophète».


Confirmation a partir du hadith de Mouslim que Allah est juste

D'autre part, Mouslim a rapporté dans son recueil Sahihou Mouslim, ainsi que Al-Bayhaqiyy dans Kitabou l-Qadar, ont rapporté de Abou l-'Aswad Ad-Dou'aliyy, qu'il a dit: «^Imran Ibnou l-Housayn m'a dit: «As-tu vu ce que font les gens aujourd'hui et ce pour quoi ils œuvrent, est-ce une chose qui leur a été prédestinée et qui a été voulue pour eux auparavant ou est-ce que c'est une chose nouvelle qui n'a pas été prédestinée et qu'ils font après que leur est venu leur Prophète, après avoir reçu de lui la preuve et les textes de Loi? Je lui ai alors dit: «C'est plutôt une chose qui leur a été prédestinée et qui a été voulue pour eux auparavant». Il a dit: «N'est-ce pas là une injustice?» J'ai alors été terriblement effrayé et j'ai dit: «Chaque chose est Sa créature et elle Lui appartient. Il n'est pas interrogé sur ce qu'Il fait et c'est nous qui serons interrogés». Il m'a alors dit: «Que Allah te fasse miséricorde, par ma question j'ai seulement voulu mesurer taconnaissance de la religion; il y avait deux hommes de la tribu de Mouzaynah qui étaient allés voir le Messager de Allah r et lui ont dit: Ô Messager de Allah, as-tu vu ce que font les gens aujourd'hui et ce pour quoi ils œuvrent, est-ce une chose qui leur a été prédestinée et qui a été voulue pour eux auparavant ou est-ce que c'est une chose nouvelle qui n'a pas été prédestinée et qu'ils font après que leur est venu leur Prophète, après avoir reçu de lui la preuve et les textes de Loi? Il a alors répondu:

(بَلْ شَىْءٌ قُضِيَ عَلَيْهِمْ وَمَضَى عَلَيْهِمْ)

(bal chay'oun qoudiya ^alayhim wa mada ^alayhim

ce qui signifie: «C'est plutôt une chose qui leur a été prédestinée et qui a été voulue pour eux auparavant», et ce qui conforte cela, c'est la parole de Allah tabaraka wa ta^ala:

﴿وَنَفْسٍ وَمَا سَوَّاهَا فَأَلْهَمَهَا فُجُورَهَا وَتَقْوَاهَا﴾ 1

(wa nafsin wa ma sawwaha; fa'alhamaha foujouraha wa taqwaha). 2

[Fin de citation]
---------------------
1-[sourat Ach-Chams / 7]
2 «fa'alhamaha foujouraha wa taqwaha;» signifie que c'est Allah Qui lui donne l'inspiration pour son immoralité et sa piété.


Allah égare par Sa justice et guide par Sa grace

D'autre part, a été jugé sahih le hadith qui suit:

(فَمَنْ وَجَدَ خَيْرًا فَلْيَحْمَدِ اللهَ وَمَنْ وَجَدَ غَيْرَ ذَلِكَ فَلاَ يَلُومَنَّ إِلا نَفْسَهُ)

(faman wajada khayran falyahmadi l-Laha ; wa man wajada ghayra dhalika fala yaloumanna 'il-la nafsah)

[Rapporté par Mouslim du hadith de Abou Dharr du Prophètede Allah ^azza wa jall] ce qui signifie: «Celui donc qui fait des actes de bien, qu'il loue Allah et celui qui fait contraire à cela, qu'il ne s'en prenne qu'à lui-même».

Au sujet du premier, c'est celui qui a fait du bien, du fait que Allah ta^ala lui fait grâce de faire exister ce bien et de lui accorder la réussite à l'accomplir sans que cela soit un devoir pour Allah de le lui accorder. Que l'esclave loue son Seigneur pour les grâces qu'Il lui accorde.
Quant au second, c'est celui qui a fait du mal, du fait que Allah ta^ala manifeste par Sa toute-puissance ce que cet esclave a comme mauvais penchants. Celui que Allah égare, c'est donc par Sa justice et celui qu'Il guide, c'est par Sa grâce.