La croyance
des prédécesseurs - as-Salaf
et des successeurs - al-Khalaf


Il y a ici deux voies qui toutes deux sont correctes

La première: la voie des gens du Salaf: –ce sont les gens des trois premiers siècles de l'Hégire–, c'est-à-dire la voie de la plupart d'entre eux. Ils faisaient une interprétation dite globale de ces 'ayah non-explicites en ayant foi en ces 'ayah et en croyant qu'elles ne signifient pas au sujet de Allah des attributs des corps mais qu'elles ont un signification digne de l'éminence de Allah sans préciser d'interprétation. Ils renvoient donc ces 'ayah aux 'ayah explicites telles que Sa parole ta^ala:

﴿لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْء﴾

(layça kamithlihi chay')

ce qui signifie: «Rien n'est tel que Lui».
Cette voie est conforme à ce qu'a dit l'Imam Ach-Chafi^iyy, que Allah l'agrée: «Je crois fermement en ce qui nous a été rapporté de Allah conformément au sens que Allah a voulu et en ce qui nous a été rapporté du Messager de Allah r conformément au sens voulu par le Messager de Allah». Il voulait dire, que Allah l'agrée, non pas selon vers quoi mènent les illusions et les pensées comme significations perceptibles par les sens et propres aux corps, qui ne sont pas possibles au sujet de Allah ta^ala.
De plus, le reniement que les gens du Salaf aient fait des interprétations, comme le prétendent certains, est une chose réfutée par ce qui figure dans le livre Sahihou l-Boukhariyy, au chapitre de son exégèse du Qour'an; son expression telle qu'elle s'y trouve est la suivante :Sourat Al-Qasas

﴿كُلُّ شَىْءٍ هَالِكٌ إِلاَّ وَجْهَهُ﴾

(koullou chay'in halikoun 'il-la wajhah)

[sourat Al-Qasas / 88] sauf Sa souveraineté (Son Moulk) et il est dit tout ce par quoi Son agrément est recherché [Fin de citation]. En effet, la souveraineté de Allah est un de Ses attributs exempts de début, qui n'est pas comme la souveraineté qu'Il accorde aux créatures.
On trouve aussi dans ce chapitre d'autres sujets que celui-ci, par exemple l'interprétation du terme ad-dahik qui est rapporté dans le hadith s'agissant de Allah, par le terme "la volonté de miséricorde".
De même, il a été confirmé que l'Imam 'Ahmad, qui fait partie des gens du Salaf a lui aussi fait des interprétations détaillées. Il a été confirmé qu'il a dit: "Sa toute-puissance" à propos de Sa parole ta^ala :

﴿وَجَاءَ رَبُّكَ﴾

(wa ja'a Rabbouk)

ce qui signifie: «Et viendront [des manifestations de la toute-puissance de] ton Seigneur». Le Hafidh Al-Bayhaqiyy a confirmé la chaîne de transmission de cette parole. Le Hafidh Salahou d-Din Al-^Ala'iyy a dit à propos de Al-Bayhaqiyy: «Personne n'est venu après Al-Bayhaqiyy et Ad-Daraqoutniyy qui les égales ou qui se rapproche de leur niveau». La parole de Al-Bayhaqiyy citée ci-dessus figure dans le livre Manaqibou l-'Imami 'Ahmad; et la parole du Hafidh Salahou d-Din Al-^Ala'iyy à propos de Al-Bayhaqiyy et de Ad-Daraqoutniyy, elle, figure dans le livre Al-Wachyou l-Mou^lam. Quant au Hafidh Salahou d-Din Al-^Ala'iyy, c'est celui à propos duquel le Hafidh Ibnou Hajar adit: "C'est le Chaykh de nos Chaykh –et il vivait au septième siècle de l'Hégire–".
Il y a aussi un grand nombre de savants qui ont cité dans leurs livres que 'Ahmad a pratiqué l'interprétation détaillée, comme le Hafidh ^Abdou r-Rahman Ibnou l-Jawziyy le hanbaliyy qui est un des piliers de l'école hanbalite grâce à sa grande connaissance des textes de l'école ainsi que de la biographie de l'Imam 'Ahmad.
Ainsi, Abou Nasr Al-Qouchayriyy, que Allah lui fasse miséricorde, a bien montré la situation ignominieuse dans laquelle se retrouvent ceux qui renient l'interprétation. Abou Nasr Al-Qouchayriyy est celui que le Hafidh ^Abdou r-Razzaq At-Tabsiyy a décrit comme étant l'Imam des Imams, comme l'a rapporté le Hafidh Ibnou ^Açakir dans son livre Tabyinou kadhibi l-mouftari.
---------------------
1-[sourat Ach-Choura /11]
2 [sourat Al-Fajr /22]
3 Le Hafidh Ibnou l-Jawziyy décéda à la fin du sixième siècle de l'Hégire et il était de l'école de l'Imam 'Ahmad. Il était, entre les savants de l'école hanbalite, réputé, de haut degré parmi eux.


La seconde: la voie des gens du Khalaf: Ils font leurs interprétations détaillées en précisant des significations pour ces 'ayah conformément ce que requiert la langue arabe. Ils ne leurs ont pas données le sens qui vient communément à l'esprit, eux non plus, comme les gens du Salaf. Il n'y a pas de mal à suivre leur voie et notamment lorsque l'on craint un ébranlement de la croyance des gens, pour protéger de l'assimilation (tachbih). C'est le cas de Sa parole ta^ala pour le blâme de 'Iblis:

﴿مَا مَنَعَكَ أَنْ تَسْجُدَ لِمَا خَلَقْتُ بِيَدَيَّ﴾ 4

(ma mana^aka 'an tasjouda lima khalaqtou biyadayy)

ce qui signifie: «Qu'est-ce qui t'a empêché de te prosterner pour ce que J'ai créé biyadayy».
Il est permis de dire que ce qui est visé par le terme biyadayy c'est Al-^inayah –le fait de créer en accordant un honneur– et Al-Hifdh–par Sa protection 5 .
---------------------
4-[sourat Sad / 75]
5 C'est à dire qu'Il a créé 'Adam en lui accordant un haut degré, un bien éminent et en le protégeant.