La croyance
des prédécesseurs - as-Salaf
et des successeurs - al-Khalaf


Explication du hadith de la femme esclave (hadith al-jariyah)

Quant à ce qui figure dans le Sahih de Mouslim, qu'un homme est venu auprès du Messager de Allah et l'a interrogé à propos d'une femme esclave qui lui appartenait, il a dit: «J'ai dit: Ô Messager de Allah, si je l'affranchissais ?». Il lui a alors répondu:

(اِئتِنِي بها)

('itini biha)

ce qui signifie: «Fais-la venir». Il l'amena auprès et le Messager lui dit alors:

(أَيْنَ الله)

('ayna l-Lah?)

Elle a répondu: (fi s-sama'). Il lui a dit :

(مَنْ أَنَا)

(man 'ana)

ce qui signifie: «Qui suis-je?» Elle a dit: «Tu es le Messager de Allah». Il dit:

('A^tiqha fa'innaha mou'minah)

ce qui signifie: «Affranchis-la, elle est certes croyante».
Ce hadith n'est pas sahih(fort) pour deux raisons:
1- La première est qu'il a été rapporté en différentes versions qui ne s'accordent pas entre elles
Il a en effet été rapporté avec ces termes [précédemment cités] et avec l'expression: (Man rabbouki?) ce qui signifie: «Qui est ton Seigneur?» elle a dit «Allah»; et avec les termes : ('Ayna l-Lah) elle a alors indiqué le ciel; et avec les termes : ('Atach-hadina 'an la ilaha 'il-la l-Lah?) ce qui signifie: «Témoignes-tu qu'il n'est de dieu que Allah?» elle a dit: «oui», il a dit:

('Atach-hadina 'anni raçoulou l-Lah?)

ce qui signifie: «Témoignes-tu que je suis le messager de Allah?» elle a dit «oui».
2- La deuxième raison: la version où il est dit: ('Ayna l-Lah) qui signifie «où est Allah?» est contraire aux fondements de la croyance,
Il fait en effet partie des fondements de la Chari^ah le fait qu'un individu n'est pas jugé musulman par sa parole: (Allahou fi s-sama') qui signifie «Allah est dans le ciel», car en cette parole sont associés les juifs, les chrétiens et d'autres qu'eux.
[Note: ('Ayna l-Lah) dans la langue arabe signifie également la question au sujet du mérite de Allah, et (Allahou fi s-sama') peut avoir pour sens en arabe que le mérite de Allah est très éminent, cependant même pris sous ce sens la personne n'entre pas en Islam par cette parole, tout comme il est expliqué ci-après]
Le fondement connu dans la Chari^ah de Allah est celui qui se trouve dans le hadith du degré moutawatirqui signifie: «Il m'a été ordonné de combattre les gens jusqu'à ce qu'ils témoignent qu'il n'est de dieu que Allah et que je suis le messager de Allah».
Les termes de la version de Malik: ('Atach-hadin) ce qui signifie: «Témoignes-tu» sont donc conformes aux fondements de la Loi.
Si quelqu'un dit: comment la version de Mouslim: ((أَيْنَ الله)) ('Ayna l-Lah) et elle a dit: (Fi s-sama') jusqu'à la fin du hadith, serait-elle rejetée alors que Mouslim l'a rapportée dans son livre et tout ce que Mouslim a rapporté est caractérisé par le fait d'être sahih (fort) ? La réponse estque les savants du hadith ont rejeté un certain nombre de hadith de Mouslim et les savants mouhaddith les ont cités dans leurs livres comme par exemple le hadith où le Messager aurait dit à un homme: ('Inna 'abi wa 'abaka fi n-nar) ce qui signifie: (Certes, mon père et ton père iront en enfer) et le hadith dans lequel il est ditqu'il sera donné à chaque musulman au jour du jugement«fida'an mina l-yahoudi wa n-nasara» et de même le hadith de 'Anas: (J'ai fait la prière derrière le messager de Allah, ^Oumar et Abou Bakr et ils ne récitaient pas «Bismi l-Lahi r-Rahmani r-Rahim»). Le premier a été jugé da^if (faible) par le Hafidh As-Souyoutiyy, le deuxième a été rejeté par Al-Boukhariyy et le troisième a été jugé da^if (faible) par Ach-Chafi^iyy et par un certain nombre de houffadh (pluriel de hafidh).
Ce hadith, selon le sens apparent, est infondé pour son opposition avec le hadith moutawatir précédemment cité. Or, ce qui contredit ce qui est moutawatir est infondé s'il n'accepte pas d'interprétation. Les savants du hadith et les savants des fondements ont été en accord à ce sujet. Mais certains savants l'ont interprété selon le sens suivant: ils ont dit que la signification de ((أَيْنَ الله)) ('Ayna l-Lah) est une interrogation sur sa glorification de Allahet sa réponse (Fi s-sama') est qu'Il est plus puissant que tout autre et sait plus que tout autre. Quant à le considérer selon le sens apparent, c'est-à-dire que Allah habiterait le ciel, cela est faux et rejeté. Il a été établi dans la science de la terminologie du hadith que ce qui contredit le texte moutawatir est faux s'il n'accepte pas d'interprétation et ici le sens apparent est clairement faux car ce sens apparent signifierait qu'un mécréant, s'il dit (Allahou Fi s-sama'), serait jugé croyant.
Quant aux mouchabbihah,ils l'ont considéré selon le sens qui vient communément à l'esprit, ils se sont ainsi égarés et ne les sauvera pas de l'égarement leur parole: (Nous interprétons la parole «fi s-sama'»par le fait que Allah est au-dessus du Trône). Ainsi, ils auront ainsi affirmé à Son sujet un semblable qui est l'écrit dans lequel Allah a fait écrire:

إِنَّ رَحْمَتِي سَبَقَتْ غَضَبِي

(Inna Rahmati sabaqat ghadabi)

ce qui signifie: «Certes, les manifestations de Ma volonté de miséricorde sont plus nombreuses que les manifestations de Ma volonté de châtier», au-dessus du Trône. Ils auront ainsi confirmé la similarité entre Allah et ce livre car cela impliquerait que Allah et cet écrit seraient établis au-dessus du Trône. Ils auront ainsi démenti la parole de Allah ta^ala:

﴿لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَىْء﴾

(Layça kamithlihi chay')

ce qui signifie: «Rien n'est tel que Lui». Selon leur croyance-ci, Allah ferait nécessairement face au Trône, de la taille du Trône ou plus large ou plus petit. Or, tout ce qui est sujet à l'estimation a un début à son existence, ayant besoin de qui fasse qu'il soit selon cette taille.